La messe romaine traditionnelle au maître-autel de la cathédrale catholique de Moscou

Cette année la Fête du Sacré-Cœur de Jésus a été célébrée par une Messe traditionnelle à la cathédrale de l’Immaculée Conception de la Très Sainte Vierge Marie.

La Messe tridentine à Moscou est célébrée dans la grande chapelle de la cathédrale de façon permanente depuis 2008 mais l’événement d’aujourd’hui est particulier puisque pour la première fois la Sainte Messe selon le missel de 1962 a été célébrée au maître-autel de la cathédrale.

15.jpg

15.jpg

Le célébrant était l’abbé Thomas Huber, d’Augsbourg en Allemagne. La Société du Sacré Cœur de Jésus de Moscou lui avait demandé de célébrer le 27 juin une messe solennelle en l’honneur du Sacré Cœur de Jésus. Son frère Gregor Huber, président du conseil de direction de la Société du Sacré Cœur de Jésus, s’est chargé de l’organisation de la cérémonie.

Lors de la fête du Sacré Cœur de Jésus l’Église Catholique honore l’amour de Jésus Christ, Fils de Dieu incarné, qui s’est donné pour nous sur la croix. Seul son amour de victime a pu racheter l’humanité. En remerciement des grâces et bénédicitions divines abondantes prodiguées par le Cœur aimant de Jésus, les fidèles voulaient que le Saint Sacrifice fût célébré de façon particulièrement digne, au maître-autel de la cathédrale. Les chants correspondant à la messe solennelle célébrée étaient exécutés par le chœur grégorien de la cathédrale de Moscou. La Messe était aussi embellie par la splendeur des ornements liturgiques du prêtre et les magnifiques objets du culte, l’encensement, les grands cierges d’autel et les chandeliers resplendissants. Nous savons que la solennité doit se faire ressentir dans nos âmes. À travers la prière de pénitence et la consécration de soi au Sacré Cœur de Jésus les fidèles se sont efforcés de se consacrer totalement au Christ.

Il existe beaucoup de différences entre la messe latine et la messe du nouveau rite de 1969. La messe traditionnelle commence par les prières au bas de l’autel et la confession des péchés, prières qui constituent une brève liturgie de la pénitence préparant à l’Eucharistie. Durant tout l’office le prêtre a le visage tourné vers la croix, en direction de l’orient liturgique. Les prêtres et les fidèles prient Dieu ensemble car c’est de Lui que viennent toutes les bénédictions. Le latin est utilisé comme langue liturgique et les lectures et le sermon sont répétés en russe. Le silence qui règne pendant le Canon Romain est particulièrement impressionnant ; les prières de transsubstantiation du pain et du vin en Corps et en Sang du Christ sont murmurées par le prêtre parce que devant le Christ présent dans Son Sacrifice l’Église souhaite demeurer dans un état d’humilité.

Tout cela souligne la nature sacrificielle de la Messe qui est le renouvellement non-sanglant du sacrifice du Christ sur la croix au Golgotha et en même temps le sacrifice de l’Église. C’est surtout évident dans le rite latin traditionnel. La Sainte Messe s’achève par la lecture du prologue de l’évangile de Saint Jean. Les paroles de l’apôtre Saint Jean expriment brièvement l’essence de la Messe et de notre foi, et c’est par ces mots de l’évangéliste que l’Église loue les Mystères Divins.

Les catholiques de Moscou attachés à la messe latine traditionnelle espèrent que l’année prochaine cette fête sera célébrée de la même façon. On ne peut pas rendre trop d’honneurs et manifester trop de gratitude au Cœur aimant de Jésus.

La Société du Sacré Cœur de Jésus remercie Natalia Guilova et Olga Hrul pour leurs photographies.